Guides de l'invisible

Publié le par reikilorient Pat et Nina

 

EnergieNous en avons souvent parlé sous un angle critique à cause de la recrudescence du spiritisme et du « channeling » qui est confondu avec la clairvoyance et la télépathie.

Le contact avec des êtres de l’au-delà et des plans invisibles est un fait qui ne peut être nié, mais tout dépend du niveau de conscience de celui qui en fait l’expérience. Le semblable attire le semblable.

Une assemblée de spirites qui invoquent des esprits défunts capteront l’attention d’êtres désincarnés qui sont restés attachés au plan terrestre. Il s’agit souvent d’âmes en peine. D’autres désincarnés, plus retors, recherchent un contact avec l’humanité pour lui soutirer de l’énergie, car ils ne veulent pas se dégager de la terre pour rejoindre les plans subtils. Il peut s’agir de criminels, de pervers ou bien encore d’êtres adonnés à un vice durant leur vie terrestre. ils continuent à rechercher avec avidité les ambiances glauques qui excitent la sensation éprouvée lorsqu’ils avaient un organisme. On les trouve dans l’air enfumé des cafés où ils se greffent sur le corps astral du buveur invétéré afin de ressentir par son truchement une ivresse dont ils sont privés à cause de la perte de leur corps. Mais seuls les esprits véritablement « mauvais » restent attachés ainsi à la terre, en vampirisant les humains. Une âme « normale » désire au contraire quitter la lourdeur terrestre pour rejoindre les plans éthérés. Les suicidés ou les victimes d’une mort violente forment une autre sorte d’esprits désincarnés qui restent en contact avec le plan matériel durant le temps où ils auraient du vivre, épuisant ainsi l’énergie de leur destin abrégé. Les suicidés souffrent particulièrement, car ayant commis l’acte prohibé entre tous – en s’octroyant le droit d’attenter à leur vie – ils en endurent le remords pendant le temps où ils auraient du vivre. Cela paraît sévère mais l’univers est fondé sur des lois équitables . Sinon rien ne pourrait exister. Mais il y a des rémissions.

Donc, les désincarnés qui viennent pérorer dans les séance spirites, sont d’un bas niveau.

Ils usurpent l’identité de personnages célèbres ou révèlent des choses sans importance qu’ils lisent dans le subconscient du médium.

Ils trompent leur monde pour capter l’attention, soit par stupidité ou bien pour soutirer de l’énergie vitale à l’assistance. C’est pourquoi, la loi biblique interdisait le « commerce avec les esprits », car cela ne peut que nous égarer dans un dédalle d’illusions et de complications.

Examinons à présent les « êtres de lumière » et les « guides spirituels ».

Il y a les « esprits de la nature » qui sont les créatures attachées aux divers règnes et qui en assurent l’équilibre. Ces formes énergétiques anthropomorphisées dans les légendes sous la forme des lutins et des fées, demeurent dans le cadre de leur fonction sur la dimension éthérique, le double énergétique de la matière. Ces êtres peuvent apparaître aux hommes dotés de clairvoyance éthérique, mais ils ne délivrent pas de message, se livrant tout au plus à des facéties à l’encontre des étourdis « qui ne savent plus où ils ont mis leur clé ». Par des rites magiques, il est possible de mettre certaines de ces créatures sous contrôle, afin de leur faire accomplir des tâches. Par exemple, une organisation maçonnique peut disposer de travailleurs « élémentaux » invisibles, qui sont sous le contrôle de la loge grâce aux lois magnétiques des rituels. Ces êtres aident les « frères » dans divers aspects de l’existence. Ces créatures obéissent aux pensées lorsque celles-ci sont canalisées et amplifiées rituellement. L’on peut manipuler ainsi des agents invisibles qui accomplissent des actions criminelles au service des loges noires.


Passons au plan astral. Ici, la situation devient compliquée car nombre de personnes « psychiques » et de médiums sont souvent les dupes du plan astral. Cette dimension est constituée d’une substance plastique fort élastique qui répond aux désirs et aux pensées en manifestant les formes de ce que l’on désire et ce que l’on pense.

Le bas astral est la dimension où se reflètent nos désirs, il est donc rempli de formations astrales plus ou moins individualisées à l’image de nos pulsions et de nos désirs.  La plupart des médiums ne dépassent pas ce niveau, et quoique l’image du Christ et de la Vierge orne leur bureau, on peut ressentir combien l’atmosphère de leur cabinet (sans jeu de mot) est malsaine. Sur un niveau supérieur du plan astral, le désir est plus subtil et il prend une qualité dévotionnelle. L’on y découvre des êtres lumineux qui sont les projections de l’aspiration spirituelle commune, onirique et sans réelle profondeur.

Ces « êtres de lumière » qui ne sont pas les véritables guides spirituels, sont organisés en hiérarchies qui survivent grâce au dégagement « d’éther lumière » produit par l’activité humaine orientée vers le spirituel sous ses formes rituelles traditionnelles. Depuis les siècles derniers, la raréfaction de nourriture subtile extraite de la pile humaine a obligé ces hiérarchies à entrer en contact directement avec l’humanité par le truchement de médiums qui délivrent une marée de « messages » débiles qui ne servent qu’à faire le contact.

Plus haut que ce plan astral intermédiaire, on trouve les paradis des âmes qui sont en « décompression » avant leur retour ultérieur en incarnation. (On peut séjourner en vacances sur ces paradis pendant plusieurs siècles du temps terrestre).

Seuls les clairvoyants d’un haut niveau peuvent observer cette dimension, mais les êtres qui y résident en paix ne se manifestent pas à l’humanité qui est dans les turbulences de l’incarnation.

Il n’y a que les morts liés à la terre qui sont contactables depuis la terre, et ils ne sont pas à prendre avec des pincettes. Exceptionnellement, l’on peut avoir un contact avec un parent ou une personne chère lors d’un rêve. Ce peut être un dernier adieu de sa part  avant de disparaître sur une dimension supérieure. Il ne faut pas capter les morts car cela les retarde dans leur détachement. C’est même une douleur pour eux d’être ramenés en bas par nos pensées de tristesse.

Plus haut. Au-dessus du plan astral le plus élevé, on trouve les hiérarchies angéliques attachées à des fonctions cosmiques en rapport avec le fonctionnement des éléments naturels. Ces êtres, connus sous le nom de Séraphins, Chérubins, Anges, etc, sont de puissants gardiens des lois universelles. Il est insensé de croire que l’on pourrait communiquer avec ces puissances, mais hélas, des entités lucifériennes de l’astral le laissent croire aux ignorants. Il est de mode d’être en contact avec les anges mais l’on confond ici « l’ange personnel » qui est la voix du subconscient, avec une entité extérieure. Un ange véritable accomplit sa fonction sans s’occuper d’autre chose. Imaginez que l’on demande à un policier en service de nous aider à faire la cuisine ! C’est ridicule et impossible, et bien, ça l’est encore plus avec les anges qui sont des fonctionnaires identifiés à leur fonction. Or, des gens s’imaginent qu’il y aurait des anges oisifs qui les suivent et qui seraient disposés à porter leurs paquets quand ils les sifflent ! S’il y a des entités qui nous surveillent et qui s’approchent de trop près, ce ne sont pas des anges, loin de là, mais plutôt des voyous de l’astral qui flairent une aubaine.

Le problème de l’ange gardien est différent car c’est un élément de notre structure spirituelle interne. Il est une partie de nous-même.

En ce qui concerne un éventuel contact avec des esprits supérieurs, seul le semblable attire le semblable. Il est impossible que de grands êtres spirituels en mission dans l’aura terrestre, puissent se manifester à un quidam.

Il y a des agents célestes qui supervisent l’activation de notre éveil spirituel, mais ils n’interférent pas dans le karma. Pourquoi le feraient-ils ? Il faut se croire très important ! Dans ce cas, ce sont des entités parasitaires qui jouent avec notre vanité. Les esprits de la tentation arrivent quand nous sollicitons le ciel pour avoir des contacts personnels. Ils peuvent nous obnubiler en flattant notre orgueil toujours prêts à se faire allumer.

Il faut donc remettre les choses dans de justes proportions. Les soi disant « êtres de lumière » ne sont souvent que des entités lucifériennes d’un ordre inférieur comme le démontre les bondieuseries qu’ils répandent.

En ce qui concerne les véritables messagers divins, il s’agit d’âmes libérées venant d’un autre univers avec un ordre de mission précis. Il faut être tombé bien bas pour s’imaginer que ces grands êtres pourraient venir nous trouver pour nous confier des secrets. Cette erreur provient de l’ignorance des médiums qui ne connaissent pas la structure complexe de l’univers. Il faut étudier d’abord.

Ils confondent les plans invisibles de notre nature avec le monde divin. Un être qui n’a pas atteint la libération sera trompé par des esprits qui peuvent le tenter sous l’apparence d’un ange de lumière. Innombrables sont aujourd’hui les dupes, qui pleines d’arrogance spirituelle, croient qu’un serviteur divin les a contacté en personne pour les charger d’une mission. On ne peut que conseiller à ces personnes d’étudier la constitution occulte de l’univers d’après les enseignements des initiés disposant de la clairvoyance supérieure. Même dans ce cas, aucun initié ne voit la réalité invisible de manière identique à un autre.

Nombre de médiums astraux se targuent de leur ignorance en matière de science spirituelle. Lorsqu’ils parlent de leur « ressenti » qui n’est qu’une impression astrale dénuée d’intelligence, autant dire qu’ils avouent être hypnotisés par le miroir aux alouettes de la grande illusion astrale.

Une télépathe de haut niveau comme Blavatsky a confié que ses « maîtres » l’avaient souvent trompé et qu’ils s’étaient servi d’elle pour mener leur politique occulte. Que chacun soit sa propre lumière.

 

Auteur : Yasmine ROONEY – LE PROJET PLEIADIEN – l’Assistance pléiadienne dans le vie humaine. 

http://francesca1.unblog.fr/

© 2013, Recherche et transmission par Michel / Arcturius.

Publié dans Textes Lumières

Commenter cet article